Les méthodes de projets de « transformation digitale » se heurtent le plus souvent à l’humain qui développe souvent consciemment ou non une résistance au changement. Face à l’incertitude, la plasticité neuronale du cerveau est une des clés qui ouvre et favorise les capacités humaines. L’expérience ou le design thinking éthique de l’humain est un procédé efficace qui facilite l’adaptation. Savoir travailler dans l’organisation les systèmes de régulations émotionnelles, les mécanismes d’apprentissage et de motivation en utilisant des mises en situation devient aujourd’hui une compétence indispensable à détenir.

Trois raisons principales inter-dépendantes impactent les projets de transformation.
En l’espace d’une seule génération la notion même « d’organisation » a beaucoup changé, ses composantes bouleversées : structures, relations des individus vis à vis de l’organisation, process, management, etc.

Les différentes générations constituant les organisations ont chacune développé une culture en lien avec l’usage du digital, de fait des attentes et des besoins divers.
Les technologies de traitement de l’information au sens large ont profondément évolué : elles interfèrent dans nos vies avec des impacts encore jamais vus sur les fonctions cognitives et la régulation des émotions.

 

Appréhender le changement avec deux nouvelles inconnues de taille à gérer.
En premier lieu, les effets des algorithmes prennent chaque jour une part de plus en plus grande dans la vie des individus.
Majoritairement nous acceptons les bénéfices qu’ils nous apportent à court terme, contre des risques potentiels que serait la dégradation à venir de nos fonctions cognitives.

• En second lieu, les nouveaux métiers annoncés et les bouleversements structurels des organisations vont demander aux humains de décupler leurs capacités d’adaptation.

Cela sans que les organisations, dans leur grande majorité, soient en capacité (ou souhaitent) donner la vision préalable du résultat attendu du changement. Face à la complexité, les organisations font de leur mieux pour « se transformer » avec des approches, méthodes et outils souvent inadaptés, car non systémiques.

Le foisonnement de « Labs », méthodes agiles, etc. pourrait être un début de réponse.

Appréhender ces changements à leur juste mesure est facilité par l’utilisation d’une caractéristique fondamentale du cerveau : la plasticité neuronale !

 

La plasticité neuronale, véritable clé pour la transformation des organisations.
Travailler celle-ci permet aux personnes d’augmenter leur flexibilité cognitive, psychologique et émotionnelle, à la base de leur capacité d’adaptation et de celle des organisations.

Les récents progrès en neurosciences appliquées et en psychologie clinique sont autant d’aides qui nous éclairent dans la conception d’outils et de méthodes de mise en œuvre simples et fiables.

Ainsi stimuler les fonctions préfrontales du cerveau favorise l’ouverture des individus à ce qui leur est nouveau et l’identification dans une situation donnée des opportunités leur permet de trouver des réponses nouvelles plus adaptées.

Développer pratiquement les intelligences multiples, individuellement et collectivement, permet de mettre au point des modèles d’organisations mieux adaptés et plus robustes que les modèles actuels.

Savoir travailler dans l’organisation les systèmes de régulations émotionnelles, les mécanismes d’apprentissage et de motivation en utilisant des mises en situation devient aujourd’hui une compétence indispensable à détenir.

Les organisations en mesure de le faire s’adapteront plus facilement et plus durablement aux bouleversement actuels et futurs. Cela suppose d’avoir à leur tête des personnes suffisamment éclairées et inspirantes pour accepter de se remettre en question et d’entraîner avec elles le reste des salariés et des parties prenantes qui constituent l’organisation.
Dans notre époque faite d’opportunités et de risques, le futur qui émergera sera celui que nous ferons.

Cela tient autant pour les individus que pour les organisations. Alors plus que jamais soyons humains maintenant !  

 

@JérômeJubelin • fondateur-président de UMANAO®
En savoir plus sur UMANAO®

 

Contribution initialement parue dans Digital Mag – septembre 2018